Les éditorialistes plus ou moins spécialisés déplorent régulièrement la poursuite de la guerre civile qui dure maintenant depuis cinq ans, ils implorent sa fin à chaque publication sur internet de photos d’enfants victimes du conflit  mais sans donner de solutions qui permettent de donner une suite a leurs incantations.
 
En fait, ils paraissent souhaiter sans le dire une intervention militaire plus radicale des USA notamment, sans doute tournée contre le régime de Damas….et le risque demeure surtout avec les développements actuels à Hassaké ou les Kurdes syriens forts du soutien Américains provoquent le gouvernement Syrien .
 
Et pourtant depuis presque un an maintenant avec l’intervention Russe d’ Octobre 2015 l’armée syrienne ne recule plus. Au contraire elle a pratiquement regagné toute la province de Lattaquié et se prépare sans doute a reconquérir la partie ouest de la province d’Idlib, notamment la ville de Jisr aChoghour qui est proche.
 
A Alep la situation est radicalement différente de ce qu’elle était il y a deux ans .Non seulement la partie gouvernementale n’est plus encerclée mais ce sont les dits « rebelles » qui le sont malgré la contre attaque du Front Al Nostra qui ne parait pas prospérer ces jours ci.
 
Au centre de la Syrie, Palmyre et quelques autres villes importantes ont été libérées de Daech, les ruines antiques y sont enfin protégées.
 
Au Sud les opposants à Damas ne progressent plus  après la récupération de AL Sheikh Maskin par les loyalistes.
 
Mais surtout les poches tenues par les différentes fractions islamistes s’ont résorbéesprogressivement,  dans la Ghouta est de Damas  Daraya et la tranquillisation de toute la frontière avec le Liban obtenue en 2015 n’est pas remise en cause par les développements récents.
 
Le gouvernement Syrien parait bien établi dans les grandes villes Syriennes ( Homs, Hama, Lattaquié ,Tartous…) même à Damas les roquettes tirées des zones encore tenues par les insurgées  se font plus rares.
 
Le blocus de ces zones parait au moins avoir une efficacité préventive sur le plan militaire même si le risque d’attentats est permanent. 
 
Les appuis aériens Russes et Syriens sont souvent décisifs dés que la bataille se déroule en plein champ, à l’écart des zones encore habitées.
 
Dans ces conditions, la paix tant réclamée et a juste titre, tant la nôtre en dépend, ne peut venir que d’un soutien même minimum a l’effort du gouvernement syrien dont le pays est si éprouvé depuis cinq ans.
 
Reconquérir Raqua et les zones encore tenues par Daech ne peut  se faire sans les Syriens eux même, les bombardements Occidentaux au demeurant illégaux n’ont qu’une efficacité limitée malgré les bilans auto satisfaits  des Américains.
Mais évidemment l’effort militaire pour y parvenir ne peut se mettre en œuvre si Alep, voire la province d’Idleb restent aux mains de gens qui ressemblent beaucoup a ceux de  l’état Islamique.
Ce sont des tenants d’Al Queida responsables du 11 septembre 2001 à New York et qui ont assassiné les journalistes de Charlie hebdo…
 
Le gouvernement syrien bien sur affaibli par cinq ans d’une terrible guerre civile ne manque pas de soutiens  . Quoique l’on puisse en penser il a pu tenir des élections présidentielles en 2014 et législatives ce printemps  2016. La Russie et l’Iran sont des alliés efficaces et durables , sans doute a terme décisifs ,celui du Hesbollah libanais n’est pas négligeable mais d’autres se profilent avec la Chine et de plus petits pays de la République Tchèque à Cuba….La Turquie elle-même parait réfléchir tant elle est menacée par le risque d’explosion de la question Kurde pour elle si essentielle.
 
Si la majorité de la population Syrienne ne le percevait pas comme un rempart contre l’Islamisme radical le Président Bachar el- assad ne serait plus au pouvoir  depuis longtemps.
 
Alors pourquoi attendre ? Pourquoi renoncer a un rééquilibrage de notre politique extérieure qui aurait le mérite de respecter un état indépendant,laïque de surcroit et permettrait de détruire Daech et Al Queida à leur source pour ne plus avoir à les craindre chez nous ?
 
Patrick Nivet
Conseiller municipal de Libourne
MRC