Certes, avec 22 cantons gagnés sur 33 cette victoire est nette mais dans six cantons ( dont Libourne ,Coutras, Pineuilh…) elle n’est du qu’a des triangulaires qui permettent d’assurer la victoire avec 40% des voix contre 60% à toutes les droites confondues.
 
L’apport des voix qui se sont portées sur les candidats FG/MRC a fait dans ces triangulaires la différence.
 
Au total  l’institution départementale sort plutôt confortée par une participation électorale honorable ,en tout cas meilleure que prévu ( 50% et plus) que l’on peut avantageusement comparer à celle des élections au parlement Européen (40%).
 
Néanmoins  la plupart des candidats  ont basé leur campagne sur le bilan des sortants  plus que sur les projets, gênés qu’ils étaient par le débat parlementaire en cours concernant les compétences des départements .
 
La perte de la compétence générale semble t’il acquise, a été occultée tout comme les financements des différentes institutions territoriales misent «  au pain sec et à l’eau » tant par Nicolas Sarkozy que François Hollande.
 
Le projet de métropolisation de la CUB a lui aussi été banalisé alors qu’il divisera profondément la Gironde entre une partie Urbaine vivant sur elle-même et un département aux périphéries laissées à l’encan. La victoire de L’extrême droite dans le Nord Médoc est pour une part sans doute due a la perception par l’électorat de cette future réalité de l’abandon prochain  de la ruralité.
 
Au total triangulaires et nuages de fumée laissent entière la perception d’un futur incertain pour nos territoires notamment en Gironde. La gauche n’a pas convaincue , la droite UMP/UDI non plus, l’extrême droite en profite et l’avenir reste sombre.
 
Patrick Nivet
Conseiller municipal de Libourne, conseiller communautaire de la CALI (  MRC)