Les territoires  à l’eau et au pain sec

 

 

Mr le maire merci de me permettre quelques considérations pour ce débat qui prélude au prochain vote de notre budget municipal au printemps.

Nous le savions, les diminutions de dotations de l’état (DGF) touchent de plein fouet toutes les communes de France. Nous pouvons désapprouver la politique qui y conduit mais nous ne pouvons y échapper.

Elles ne sont pourtant pour rien dans les déficits de l’état ni d’ailleurs dans les déficits publics qui incluent celui de la Sécurité sociale….

Elles participent qui plus est largement aux investissements qu’elles devront dorénavant freiner.

Comment oublier que nous en sommes là, après plus de vingt ans de politique économique uniquement tournée vers une construction Européenne mythique autour d’une monnaie surévaluée qui ne correspondait en rien aux intérêts d’économies nationales fragiles qui se sont délitées années après années…. ?

La concurrence libre et non faussée a mis à l’encan nos services publics, empêché toute politique nationale volontariste.

Les pays de l’euro zone les plus fragiles, ont accumulé des dettes (y compris auprès de leurs partenaires) qu’ils ne peuvent payer qu’a coup d’un inacceptable recul social….

Nous même, avons en France une situation pour le moins préoccupante.

Et pourtant l’Europe vit toujours autour de paradis fiscaux à peine ébréchés….

Pouvons-nous espérer une amélioration en 2015 qui nous permette d’échapper au pire en 2016/2917 ?

CICE, pacte de responsabilité, 50 milliards pour les entreprises ; qu’elles en seront les contre parties ?

Bien sur la baisse de l’euro est saluée, enfin ( !)comme un facteur favorisant, mais elle est bien récente et surtout subie, résultat de l’ échec de l’économie européenne et non d’une politique volontariste que nous avions longtemps espéré… la baisse des prix du pétrole peut aussi avoir un effet bénéfique…

Ces espoirs sont néanmoins bien fragiles pour que nous soyons optimistes.

Dans ce contexte, les économies tant dans les dépenses de fonctionnement que d’investissement seront sans doute obligatoires et pèseront sur nos choix…

Il faudra différer, mieux apprécier les projets et leurs financements, nous espérons de votre part une concertation renforcée, la plus soutenue possible avec notamment chacune des composantes de votre majorité tout autant qu’avec toutes les forces vives de la cité pour que les choix que nous ferons gardent une dynamique suffisante et surtout soient compris et acceptés.

Nous souhaitons (1) par ailleurs :

Contrer aujourd’hui le tout libéral, (mise en cause du code du travail, des prudhommes, des CHSCT…) même les dons du sang pourraient être marchandisés.

Contester la politique embrouillée et précipitée qui met en cause nos territoires, leurs contours, leurs attributions, pour faire des économies qui de toute façon commenceront souvent par des dépenses supplémentaires…avant que sous les mots de simplification/mutualisation, la proximité et l’égalité républicaine aux quelles nous sommes attaché soient remisent en cause…

 

Vous comprendrez Mr le maire qu’il s’agit, non pas d’une défiance a votre égard ni à celui de notre politique municipale mais du souci de vouloir éviter l’inexorable échec d’une politique nationale à notre sens mal orientée et depuis si longtemps pour que nos opposants ne puissent s’en disculper.

Ils ont leur part de responsabilité, je tiens à le leur dire et nous ne souhaitons en aucune manière les en absoudre.

 

Patrick Nivet

 

1) MRC départemental gironde