Débat Samedi 17 Mai 2014 à Libourne 

 

photo

 

 De gauche à droite :

                                 Alain Renard                                        

Vice Président du conseil Général de la Gironde

 

                                 Martine Souvignet                                         

Ancienne adjointe au maire de Venissieux (Banlieue lyonnaise) secrétaire nationale du MRC chargée des réformes territoriales

                                                                                        

                                  Patrick Nivet                   

Conseiller municipal de Libourne

     De l'impuissance économique à la fuite en avant institutionnelle....

François Hollande qui a rétablit a l'automne 2012 l'élection indépendante des élus départementaux souhaite aujourd'hui la disparition des conseils généraux et une nette diminution du nombre des régions.
 Revirement de toute évidence provoqué par la défaite aux élections municipales de la gauche... comprenne qui pourra, tant cette question ne paraissait pas etre au premier plan des raisons de l'échec électoral ???

Bien sur le rapport Balladur de 2009 allait dans ce sens mais Mme Lebranchu en 2012 revint sur ce mouvement en proposant de garder chaque étage institutionnel et la compétence générale de chacun mais en faisant émerger la notion de" chefs de file" soit de pilotage préférentiel selon les compétences attribuées aux uns et aux autres.

La transformation des Communautés urbaines en métropoles paraissant elle, actées. Lyon  en est aujourd'hui le modéle en cours d'expérimentation.

A l'initiative de Patrick Nivet conseiller municipal à Libourne, Martine Souvignet et Alain Renard revinrent sur l'interet d'une gestion de proximité des principales competences du département ( Action sociale, entretient des infrastructures, colleges..)

La péréquation départementale entre les zones qui créent la richesse souvent urbaines et rurales plus isolées leur paraissant menacée si les projets en cours allaient en l'état à leur terme.

L'exemple de Lyon ou ce qui restera du département aprés la création de la métropole sera réduit à la portion congrue au point de faire évoquer sa fusion avec un département voisin, ne parait guere pouvoir permettre de compenser  en Gironde une éventuelle métropole Bordelaise.

Unir le Langonais avec les landes, La Haute Gironde avec les Charentes , le Libournais avec le sud  Dordogne ne leur apportera que peu de choses. Quand au medoc il n'a que l'ocean comme vis a vis ????

Découper de plus grandes régions avec plus de pouvoirs financiers,plus d'autonomie fiscale, ne va t'il pas mettre à mal l'unité nationale avec son corollaire l'égalité Républicaine ?

Ces créations , ces éventuelles fusions seront elles vraiment sources d'économies ? Sauf bien sur, à remettre en cause leurs attributions, moins de social , des routes moins entretenues,  des colleges ou des lycées laissés peu ou prou à l'abandon...des CHU remis en cause ou des universités rassemblées sur un seul site régional..... ce qui est peut être le non dit sous jacent d'une politique d'austérité qui ne dit pas son nom.

Certaines  régions Espagnoles et Allemandes aux budgets souvent largement déficitaires ne constituent guere de bons exemples comparés à ceux de nos collectivités locales par obligation légale, équilibrés.

Supprimer quelques milliers d'élus mais garder les compétences et les centaines de milliers de fonctionnaires qui y sont affectés ne diminura guere  les couts mais augmentera la distance entre les gens et les administrations chargées de les prendre en charge.
En quoi sera t'il plus simple de s'adresser aux guichets d'une grande région que d'un département à taille humaine?

Par contre tant pour Martine Souvignet que pour Alain Renard une meilleure adequation des competencesaux differents étages institutionnels parait indispensable . Ainsi ,pourquoi l'approche de la pauvreté (RSA) doit elle se faire à la fois par l'intervention du conseil général (MDSI) et des CCAS communaux ou intercommunaux ?

La compétence générale tant décriée a pourtant de formidables avantages. Elle a permis en Gironde au Conseil général d'aider les commune rurales à financer par exemple  leurs écoles primaires , l'agglomeration du Libournais les travaux de la ligne TGV en échange du maintient de lignes directes passant par Libourne...

 Cette compétence permet a châque institution de choisir ses priorités. C'est ainsi que le conseil génaral de la Gironde laissa le conseil régional d'Aquitaine, la municipalité de Bordeaux et la CUB seuls avec M6 pour l'opération grand stade de Bordeaux.....

Au bout du compte tenir compte d'évolutions plus ou moins inévitables comme l'urbanisation de notre pays demande quand même beaucoup de prudence si nous ne voulons pas emporter le bébé avec l'eau du bain . A savoir un developpement équilibré du territoire reposant sur des activités, certes touristiques mais aussi agricoles et nécéssairement industrielles.

L'intercommunalité doit etre une aide et un prolongement pour les  communes et pas l'occasion de leur disparition forcée, tant elles permettent et demandent la mobilisation d'un tissu haumain peu couteux ,de bonne volonté et de grande qualité.
Il en est de même des cantons et des départements qui permettent de soigner au plus prés, les plaies de nos populations et de préparer l'avenir de nos villages.

La question Européenne fut évidemment évoquée .Beaucoup ont fait  le lien,notamment parmi nos invités ( MPEP,POI, Debout la République) entre les évolutions institutionelles proposées en France et celles qui sont promotionnées  par les défenseurs d'une architecture Européenne lourde et éloignée des préoccupations de nos contrées.


Patrick Nivet
Conseiller municipal MRC de Libourne