Patrick Nivet

04 février 2019

Conférence : Canabis une Drogue Douce ?

 


Dr Delile & Dr Nivet





Posté par Patrick Nivet à 10:35 - Commentaires [1] - Permalien [#]

03 février 2019

IMG_2396

Posté par Patrick Nivet à 12:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 février 2019

GILETS JAUNES : Comprendre oui, mais sans plonger dans la démagogie

Texte de mon intervention à la réunion de vendredi 14 décembre 2018,rencontre entre les groupes politiques du conseil municipal et les Gilets jaune de libourne toujours présents mais jusqu’ici pacifiquement sur les ronds points…

 

Patrick Nivet

Conseiller municipal délégué MRC de Libourne

Conseiller communautaire

 

 

Après s’être  interrogé sur la nature de ce  mouvement faut il le soutenir ou au contraire souhaiter un apaisement ?

 

Difficile question

Effectivement cette semaine avec son discours du lundi 10 décembre le Président de la république a confirmé une certaine prise en compte des revendications mises en avant par le mouvement et notamment le blocage des taxes prévues sur le gasoil des particuliers

 

Ceci dit ce recul ne traduit en aucune manière un changement de politique.

 

Et pourtant c’est cette politique initiée depuis 1983 approfondie avec l’acte unique Européen et le référendum de Maastricht créant la monnaie unique  qui est à l’origine de la langueur de notre économie qui se dévitalise progressivement au rythme de la persistance du déficit de notre commerce extérieur.

 

Notre industrie s’étiole et perd progressivement du terrain au point de menacer d’être résiduelle ,notre agriculture s’essouffle hésitant entre les modèles possibles( agriculture intensive ,agriculture de labels de qualité, agriculture vivrière plus ou moins écologique se définissant en tout cas comme biologique..)

Seuls les services et notamment le tourisme garde un dynamisme satisfaisant

 

Les déficits de l’état restent très importants et conduisent a des économies drastiques dans a peu prés tous les domaines des trois fonctions publiques ( d’état, territoriales, sanitaires..)

Les politiques de formations sont abandonnées à des perspectives de numerus clausus et seules varient les méthodes de sélections, la tendance est de passer des examens et concours à des parcours optionnels et aux contrôles continus..( parcours sup)

 

Le tableau est sombre , la mobilisation des gilets jaunes en souligne l’impact avec la paupérisation des territoires périphériques à l’écart des métropoles

 

35 ans de la même politique ne s’efface pas en quelques jours de manifestations

 

Un nouveau consensus autour d’une autre politique sera difficile a faire émerger mais ce sera la tâche des nouvelles générations et si l’on ne peut qu’applaudir a la capacité de réaction des gilets jaunes  et des lycéens qui s’interrogent plus ou moins bruyamment, il est bien évident qu’on ne peut que souhaiter la paix civile et la traduction dans les processus démocratiques de leur capacité de réaction.

 

Dans ce cadre les rencontres comme celle d’aujourd’hui dans notre mairie me paraissent porteuses d’espoir.

 

Sur le plan institutionnel je crois qu’il est bon que la constitution soit solide c’est un mérite de la cinquième république de l’être mais avec le mandat à cinq ans du président de la République et la jonction des élections législatives avec celle du président elle a perdu sa souplesse

Sans doute aussi le pouvoir d’initiative des  parlementaires doit il être renforcé….

 

Je ne crois pas que plus de proportionnelle soit très utile, sauf pour favoriser l’émiettement des forces politiques et faire progresser les extrêmes, nous l’avons déjà constaté en 1986.

 

Les référendums ?

 

La plupart de ceux qui ont été fait depuis une quinzaines d’années ont tous vu leur résultat démenti, le plus célèbre  a été celui concernant la constitution européenne refusée en 2005 et finalement adoptée quelques années après a peine modifiée.

Les multiplier n’est ce pas  prendre le risque de la polémique permanente sur des sujets souvent complexes qui demandent recul et réflexions en profondeur ?

 

L’intercommunalité oui,  si elle est mesurée et permet de faire à un échelon supérieur ce que les communes ne peuvent faire seules mais en se méfiant de l’éloignement du lieu des décisions des citoyens.

Les institutions de base de la démocratie et d’ équilibre des territoires doivent être préservées ( communes et départements)et bien sur les cadres nationaux indispensables à la vie en commun

La coopération européenne doit être préférée à l’effacement de pays dans un projet fédéraliste tout entier imprégné d’orthodoxie libérale.

 

 

Les impôts ?

 

Nous regrettons la remise en cause de l’IGF et la timidité pour ne pas dire l’inexistence de la remise en question des paradis fiscaux.

 

Au niveau des territoires la suppression de la taxe professionnelle mal remplacée, le blocage de la DGF, sa diminution pendant trois ans et son nouveau blocage à son étiage le plus bas laissent communes et autres structures territoriales coincées dans un étau sans cesse plus resserré.

Ceux qui veulent garder un certain dynamisme empruntent ou augmentent les taux et parfois les deux..

 

Votre mouvement trace sans doute les limites a ne pas dépasser, c’est un des ses mérites.

 

Personnellement la suppression de la taxe d’habitation me parait une idée démagogique et je suis frappé que les hausses de taxe prévues sur le gasoil des particuliers aient pu correspondre au montant prévu pour la compenser ????

 

Voilà des pistes, en tout cas ce sont celles que dans la foulée des prises de position de JP Chevènement notre mouvement s’efforce de poursuivre depuis maintenant plus de vingt ans

 

Au bout du compte votre mobilisation d’aujourd’hui est un encouragement à ne pas renoncer à la définition d’une autre politique qui devra s’inspirer  pour réussir du dépassement des clivages traditionnels que porte votre mouvement.

 

Merci de votre écoute

 

Patrick Nivet

 

Conseiller municipal de Libourne

MRC

 

 

Posté par Patrick Nivet à 10:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 décembre 2018

POUR EN FINIR AVEC LA GUERRE EN SYRIE

Contribution Congres MRC 2018, Moyen orient/Politique étrangère 
Rappels récents sur le conflit :
En fait depuis le mois de septembre 2015 avec l’intervention russe en Syrie (à la demande du gouvernement syrien) le rapport de force entre le régime syrien et son hétéroclite mais islamiste radicale opposition armée s’est progressivement inversé. D’abord fut reconquise la province de Lattaquié, l’étau sur Damas a été desserré, un peu aussi celui qui dans le Sud étranglait la route de Deraa et Palmyre fut libérée une première fois au printemps 2016. Le tournant de la guerre a été la libération d’Alep Est des djihadistes en décembre 2016. Dés lors la progression du régime syrien a été régulière durant toute l’année 2017 malgré une nouvelle occupation de quelques mois de Palmyre par Daech. La reconquête de Palmyre et de la plus grande partie du désert syrien, la progression des troupes sur la rive Ouest de l’Euphrate a permis une nouvelle victoire essentielle qui fut la rupture du siège de Deir ez- Zor et par là comme un château de carte, Daech s’est effondré jusqu'à la frontière Irakienne permettant la libération d’Al-Boukamal, la ville frontière. Cette année 2018 c’est Damas qui a retrouve la paix avec l’exfiltration des djihadistes de la Ghouta et du camp de Yarmouk et plus récemment de toute la province de Derra, de la frontière avec la Jordanie et même de la limite avec les troupes Israéliennes qui occupent le Golan. Tout au long de ses deux années la paix a été rétablie aussi le long de la frontière avec la Liban, oû l’aide du Hezbollah fut décisive. Durant tous ces combats il faut noter que les pays occidentaux et notamment la France ont toujours soutenus les radicaux islamistes sur- réagissant aux conséquences des combats en terme de pertes civiles dans le camp de ces derniers, ne mentionnant que du bout des lèvres et encore quand ils le faisaient, les morts d’Alep Ouest et/ou de Damas Même les destructions de Palmyre par L’état islamique n’ont pas entrainé de mobilisation en faveur du gouvernement syrien toujours accablé de tous les maux devant une opinion chauffée à blanc contre lui. Parallèlement la coalition autour des USA avec La France a permis aux milices Kurdes de reconquérir presque toute la région de Syrie a L’est de l‘Euphrate avec notamment Raqua pratiquement réduite en cendres, sans bien sur que cela ne provoque un quelconque tollé international.
Seules les bombes D’’Assad sont sales, celles des USA et des Français sont vertueuses et leurs morts sans doute bénis du ciel...
Aujourd’hui, ou en sont les combats ?
La bataille continue dans deux poches du désert syrien ou des restes de combattants de Daech opposent encore une farouche résistance aux troupes de Damas après avoir mené de redoutables attentats notamment à Soueïda en juillet 2018 qui a fait plusieurs dizaines de morts dans cette ville Druze restée largement à l’écart de la guerre. Mais surtout il reste une grande part de la province d’Idlib encore aux mains des bandes armées de radicaux, c’est au Nord de la Syrie contiguë avec la Turquie. Cette dernière a profité de la pénible progression des troupes de Damas au cœur de la Syrie pour mettre la main sur la région Kurde au Nord ouest d’Alep et contrôler plus ou moins, avec des postes d’observation cette région qui échappe encore au gouvernement Syrien. Ce dernier se prépare à poursuivre sa reconquête mais c’est sans compter sur les pressions diplomatiques des Américains et des Européens et notamment la France accompagnées qui plus est de manœuvres et de menaces militaires. L’état d’Israël reconnaissant lui même bombarder régulièrement la Syrie sans que personne ne s’en émeuve. Déjà au printemps 2018 avec un prétexte (les armes chimiques) jamais démontrées depuis, Macron et Trump avait envoyé une bordée de missiles sur des cibles Syriennes. Les Russes soutiennent les syriens mais visiblement ils essaient d’éviter toute escalade irréversible qui
pourrait conduire à d’imprévisibles conséquences. Poutine fait preuve de beaucoup de maitrise face à un Trump assez imprévisible et surtout mal accepté par L’establishment US au point d’être obligé en permanence de donner des gages aux différentes opinions américaines celles qui le soutiennent et celles qui le combattent...le poussant à une politique aux accents contradictoires tantôt isolationniste, tantôt interventionniste mais toujours alignées jusqu’ici sur les israéliens les plus bellicistes. Au bout du compte l’offensive sur Idlib prend du retard et la libération de toute la Syrie à L’ouest de l’Euphrate aussi. Ceci dit les derniers développements liés au dialogue Russo-turc permettent peut être d’espérer une libération progressive et plus ou moins pacifique de la régiond’Idlib. Par contre Les Américains à l’est de l’Euphrate et sur la frontière avec l’Irak, malgré l’effacement de Daech, maintiennent leur présence militaire que le gouvernement syrien n’a pas sollicitée...sans référence au droit international.
Où en est le pays Syriens ?
Difficile de savoir exactement. Bien sur sept ans de guerre ce sont des milliers de morts et de blessés, beaucoup de destructions mais inégalement réparties sur le territoire et même dans certaines villes les combats n’ont pas eu la même intensité selon les quartiers... Visiblement 60% de la Syrie et 80% de la population sont à l’abri et ne sont plus concernés directement par les combats dans la zone gouvernementale mais davantage encore si l’on ajoute la région de Hassaké et Quamichli ou les kurdes sont nombreux au Nord est du pays. La foire de Damas a rouvert pour la deuxième anne consécutive, des élections municipales ont pu avoir lieu....le poste frontière avec la Jordanie de Nassib vient d’ouvrir, des retours surtout du Liban
commencent. Certains champs gaziers et/ou puits de pétrole ont pu reprendre leur activité libérés de l’étatislamique Pour autant, seule la paix véritable sur tout le pays pourra vraiment permettre, d’aborder efficacement la reconstruction et le retour des refugiés qui le souhaitent, de l’intérieur même de la Syrie comme de ceux partis au Liban, en Jordanie, en Europe ou ailleurs...
Et la France dans ce conflit qui dure mais dont la fin parait à portée de la main?
A l’évidence le retour à la paix (et la reconstruction des zones dévastées à laquelle nous devons participer) passe par l’élimination des terroristes de la poche d’Idlib mais que penser des pressions qu’au nom de principes humanitaires la France et les Etats Unis exercent dans la région pour l’éviter? Ces milices armées jusqu’aux dents (par nous ou nos alliés qui plus est ?) sont nos ennemies en France même ou nous combattons leurs prolongements métropolitains avec force déploiements policiers et/ou militaires pour la moindre manifestation mais nous les soutenons en Syrie... comprenne qui pourra! En fait dans une interview récente le ministre des affaires étrangères Français explique peu ou prou que le soutien aux terroristes en Syrie est le moyen de faire plier le régime de Damas pour accepter une solution négociée avec ...nous???? Bien sur ce soutien qui s’appuie sur des menaces militaires trouve comme prétexte la protection des populations et la permanente accusation, d’utilisation jamais prouvée de bombardements chimiques par l’armée syrienne. Pour quel objectif politique? Réintroduire les islamistes radicaux dans le jeu politique Syrien au détriment de la laïcité qui caractérise sous l’égide du parti Bass ce pays?Défendre l’idée d’une autonomie plus ou moins profonde des kurdes? Le risque est alors grand d’une guerre sans fin qui concerne l’ensemble de la région, de la Turquie à l’Irak et à L’Iran encore plus concernés que la Syrie par les revendications de ces populations. Au bout du compte dans cette région du Moyen Orient notre pays doit y défendre une orientation qui doit s’appuyer sur un certains nombre de principes :
a)Le respect de l’indépendance des états reconnus à l’ONU.
b)La solution du problème israélo palestinien qui dure depuis trop longtemps source
permanente d’incendies.
c)La volonté de combattre le djihadisme dans cette région comme nous le faisons chez nous
et en Afrique.
d)Dans tous les cas n’intervenir militairement qu’avec un mandat clair de L’ONU.
Ce doit être le sens dans le quel le MRC doit s’exprimer.
Patrick Nivet                                                          Jean- luc Delcampo,
Membre du Conseil national du MRC                    MRC Charente- maritime

Posté par Patrick Nivet à 11:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 novembre 2018

Mobilisation des gilets jaunes ; un succès qui interroge

Cette protestation est de toute évidence  spontanée et profondément populaire, il est tout a fait saisissant que la gauche politique et syndicale reste pour l’essentiel sur le bord du chemin laissant la place libre  à d’autres partis politiques ce qui d’ailleurs n’est pas toujours du gout des manifestants.

 

Mais « la gauche » ou ce qu’il en reste a-t-elle encore une  base populaire ?

 

Sur le fond je crois qu’il faut retenir une immense confusion, car enfin ou sont les études scientifiques qui prouvent un rôle spécifique des voitures diesels sur la santé publique( cancers notamment) quand on sait que le diesel produit moins de co2 que l’essence ?

Bien sur il n’est pas contestable que les particules fines pénètrent plus profondément les poumons ….mais les gens ne respirent pas directement les pots d’échappement des seules voitures diesels.

Les études sur la pollution de l’air doivent tenir compte de tous les facteurs polluants de l’ozone au tabac(1) en passant par les émanations des centrales au charbon ou du chauffage au bois souvent promotionné au titre de l’écologie et /ou du développement durable .

 

Un professeur de pneumologie Parisien, le Professeur Aubier a été à mon sens injustement disqualifié sur le fond parce qu’il était à temps partiel ( ce qui est fort discutable)médecin du travail chez Total (?), quand il a souligné les limites d’études qui ne faisaient pas, la part des différents facteurs susceptibles de nuire à la santé publique…et notamment du tabac.

Les autres médecins se terrent dans le silence de peur d’être trainés dans la boue des réseaux dits sociaux….et des féroces « écologistes ascientifiques »

 

En fait je ne veux pas dire qu’il ne faut pas lutter contre la pollution de l’air mais savoir raison garder et plutôt que de punir les gens les plus modestes, promotionner des évolutions positives comme favoriser les transports en commun notamment ferroviaires électriques et pas seulement pour les personnes au revenu les plus faibles qui habitent loin de leur travail mais aussi et surtout pour les marchandises(2).

Eviter la désertification de nos territoires avec le développement de la seule métropolisation.

Il faut aussi limiter les transports internationaux et favoriser le développement local équilibré des pays, en évitant une trop grande spécialisation qui pousse aux échanges massifs avec le développement du transport naval et aérien très polluants eux aussi, beaucoup plus que les petites voitures diesels….

 

Quand à la promotion des voitures électriques il faut éviter l’impasse sur la pollution qui accompagne la production des batteries électriques dans un petit nombre de pays dont la Chine qui pourrait envisager d’ être à l’avenir le principal producteur de ces voitures….sans compter que remplacer les moteurs thermiques par des moteurs électriques demanderait d’y consacrer au moins quatre centrales nucléaires  en France ??? (3).

 

A propos de la fourniture d’énergie, la France  est exemplaire avec le nucléaire et l’hydroélectricité.

Une patiente Polonaise me soulignait récemment qu’il  n’en allait pas de même en Pologne ou les centrales à charbon assurent l’essentiel de la fourniture de l’électricité….un peu comme en Allemagne après la renonciation au nucléaire.

L’air des villes y est effectivement de mauvaise qualité et les risques pulmonaires évidents à cause des pollutions croisées.

 

Au bout du compte surtout pour les petits revenus il faut être incitatif(4) et le moins coercitif possible. On peut par contre taxer davantage  les grosses cylindrées.

 

Mais bon il faut comprendre qu’à l’heure des paradis fiscaux  toujours aussi efficaces pour qu’une couche parasitaire survole l’intérêt général, les couches modestes protestent ou aient envie de le faire quand elles sont principalement misent à contribution….

 

Dr Patrick Nivet

Conseiller municipal de libourne(MRC) délégué à l’hygiène ,à la santé et à la sécurité du personnel

 

 

1)Monoxyde de carbone, dioxyde de soufre, dioxyde d’Azote, azote et particules fines….l’essence et le diesel conjuguant leurs efforts…

 

2)J’étais par contre favorable à l’écotaxe qui devait rééquilibrer un peu le rapport avantages/inconvénients des transports routiers et ferroviaires en ne pénalisant que le premier très avantagé par son usage gratuit de beaucoup de  routes .

 

3)Article du Monde Diplomatique d’aout 2018 Guillaume Pitron « voiture electrique une aubaine pour la Chine »

 

4)Gratuité des transports collectifs(depuis 2010) ou de l’utilisation des vélos   comme nous le faisons à Libourne

 

Posté par Patrick Nivet à 10:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 décembre 2017

Temps scolaire : une occasion ratée !

Conseil municipal de Libourne (18 décembre 2017)

 

Merci Mr le maire de me donner la parole sur un sujet qui tient a cœur le MRC, nous avons d’ailleurs pris la peine d’harmoniser les positions de nos élus  tant au conseil municipal de Libourne que de Saintes, Sainte Foy la grande ou même Chalais…En fait dans la nouvelle région Aquitaine.

En 2008 le ministre Darcos diminua le temps scolaire et surtout le concentra sur Quatre jours.

Faisant de notre pays celui ou le nombre d’heures de cours/jours est le plus grand et celui ou le nombre de jours ouvrés est le plus court…(1)

Parallèlement les résultats scolaires  nous placent en queue de peloton qu’il s’agisse de la lecture ou des mathématiques…le décrochage scolaire concerne des dizaines de millier d’enfants chaque année.

Dans ces conditions mieux répartir les temps scolaires comme la proposa le Ministre Peillon était un enjeu important  parfaitement relevé à Libourne ou les temps de repos ont été augmentés et les espaces de temps libérés sont consacrés à de nombreuses activités périscolaires largement plébiscitées tournées notamment vers les populations les plus fragiles.

Bien sur nous aurions préféré une aide aux communes supérieure et surtout pérenne qui permette d’éviter que les plus petites se détournent de ce dispositif innovant.

 

Mais au-delà du coût c’est surtout de volonté dont il s’agit aujourd’hui de faire preuve dans une ville comme la nôtre face au gouvernement qui sur ce sujet manque de clairvoyance en ouvrant la porte à la remise en question du dispositif par des territoires inquiets à propos de l’avenir des finances communales.

Bien sur il y a des résistances, quelques conservatismes à surmonter, quelques idées fausse à corriger mais gageons que les parents comprendront que le repos des enfants demande avant tout une vie de famille calme, une soirée équilibrée, une économie des écrans ….et une journée scolaire adaptée.

Les enseignants  ne peuvent que préférer une classe attentive et concentrée plutôt que des élèves en bout de potentiel et dissipés.

Bien sur le nombre d’élèves par classe, la revalorisation des maitres sont des chantiers nécessaires mais le temps scolaire est une des bases essentielle d’une vie scolaire plus agréable et plus efficiente.

Merci donc à tous ceux et notamment aux personnels menacés si le retour sur la réforme était in fine acté(3) qui ont permis d’appliquer dans notre ville cette réforme et dont l’engagement de qualité nous fait souhaiter le vote positif des parents concernés, malgré le manque de recul notamment des plus jeunes pour apprécier les enjeux qui se mesurent mieux au fil du parcours scolaire ,  du primaire au collège et enfin au  lycée(2).

Patrick Nivet

Conseiller municipal de libourne (MRC)

Conseiller communautaire(CALI)

 

1) Depuis la mise en place de la semaine de quatre jours, les écoliers français ont le nombre de jours d’école le plus faible des 34 pays de l’OCDE : 144 jours contre 187jours en moyenne, ils subissent de ce fait les journées les plus longues et les plus chargées que la plupart des autres élèves dans le monde.

2) Avec la suppression du samedi matin la densification  du temps scolaire c’est aussi aggravée souvent par simple analogie avec le primaire (semaine de quatre jours) tant dans les collèges que dans les lycées ou il n’y a plus de coupure du tout dans l’emploi du temps hebdomadaire.

3) le vote des parents avec 70% de votants donna 55% pour le retour à quatre jours et 45% pour le maintien des quatre jours et demi. Limite de la démocratie participative ?

Posté par Patrick Nivet à 13:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 septembre 2017

Libourne 18 septembre « les Ondes en débat »

 18 septembre 2017

PIC00005

Patrick Nivet

Conseiller municipal de libourne (chargé de la sante, de l’hygiène et de la sécurité du personnel Conseiller communautaire(Cali)

 

 

Ghislaine Bouvier (maitre de conférences Université de bordeaux, équipe cancer/environnement Epicène)

Cette dernière retraça les étapes et les lourdes contraintes méthodologiques des études épidémiologiques avec les différentes techniques (études cas témoin, de cohortes….nécessité d’études prospectives et pas simplement historiques)

Néanmoins les études cas-témoins témoignent d’une augmentation du risque de tumeurs cérébrales  chez l’adulte en lien avec une utilisation  importante de téléphones portables.

Par contre les études s’intéressant aux personnes électro  sensibles sont pour l’instant contradictoires et ne permettent pas de mettre en évidence une augmentation des symptômes en lien avec une augmentation de l’exposition aux radiofréquences.

Agnes Pezzana (Responsable du pôle téléphonie, agence d’écologie urbaine de la ville de Paris)

 Rappela le rôle des municipalités renforcé et encadré par la loi Abeille, elle présentât les dispositifs spécifiques mis en place par la ville de Paris avec la dernière  charte signée le 30 mars 2017 avec les quatre opérateurs .Elle impose un niveau maximum d’exposition pour les fréquences de la téléphonie mobile, tous  opérateurs confondus, de 5V/m dans les lieux de vie fermés Il est beaucoup plus contraignant que la recommandation Européenne (36 à 61V/m)

Elle insista sur la possibilité pour chaque citoyen de faire mesurer gratuitement son niveau d’exposition aux ondes électromagnétiques  dans leurs habitations et/ou dans leur environnement grâce au dispositif mis en place par l’état depuis le 1er janvier 2014.

Patrick Nivet insista sur la nécessité de vérifier notamment  quand les familles sont confrontées aux souffrances « d’électro- sensibles » le niveau réel des ondes de leur environnement pour orienter la prise en charge des troubles, les soufrances étant elles bien réelles et souvent insupportables.

Au bout du compte cette réunion fut dans l’ensemble apaisée et participative, elle permit à la fois de souligner les alertes connues à ce jour  et les dispositions préventives souvent simples concernant les comportements individuels et collectifs.

Les opposants aux nouveaux dispositifs de mesure de la consommation électrique  participèrent au débat mais leur opposition aux nouveaux compteurs ne repose pas simplement sur les craintes sanitaire, les ondes émises par ces compteurs étant très faibles mais elles participent d’un environnement très largement ondes dépendant qu’il est effectivement indispensable d’apprécier régulièrement avec ses conséquences sanitaires mais aussi sociétales voire comportementales ( sédentarité ,repliement sur eux même des enfants…)

 

Patrick Nivet

Conseiller municipal de libourne (chargé de la sante, de l’hygiène et de la sécurité du personnel Conseiller communautaire(Cali)

 

 

Posté par Patrick Nivet à 18:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 avril 2017

Retraite : pour ne pas la poursuivre au Maroc ou au Portugal…

Débat orientation Budgétaire
Conseil municipal de libourne 1 avril 2017

Mr le Maire merci de me donner la parole ce débat se situe dans un contexte politique particulier à la fin du mandat de francois Hollande et sans que nous connaissions les orientations du prochain Président ni de la prochaine majorité parlementaire.
Pour nous il se situe à mi-mandat et l’on peut déjà faire un bilan et se projeter sur les trois ans qui nous restent avant les prochaines élections municipales.
Depuis plusieurs années les collectivités sont misent à une rude épreuve budgétaire (Suppression de la taxe professionnelle, gel de la DGF et depuis trois ans diminution de cette dernière.)
Vous le rappelez souvent nous n’avons eu de cesse de maintenir nos objectifs d’investissement et d’essayer d’économiser sur les dépenses de fonctionnement
Pour autant comme toutes les collectivités nous avons rejoint le mur que la baisse des dotations dresse sur notre chemin.
Je ne veux pas porter de jugement d’opportunité sur les politiques menées qui s’étalent sur deux quinquennats mais force est de constater que le résultat s’il n’est pour les dernières années, notamment en 2016 pas nul, nos comptes nationaux ne s’améliorent ni suffisamment ni suffisamment vite.

Plusieurs questions se posent à nous :
Avons-nous encore des possibilités de réduction des dépenses de fonctionnement au point de retrouver des marges de manœuvre et sans renoncer à des activités municipales qui participent chacune dans leur domaine au bien vivre à Libourne ?
Par ailleurs pouvons nous encore compter sur les seules possibilités d’emprunt pour maintenir à leur niveaux nos possibilités d’investissements ou faut il les étaler par exemple sur le mandat suivant (au-delà de 2020 ?
Le levier fiscal garde t’il encore sa pertinence ?
Pour ce qui concerne le fonctionnement je ne suis pas de ceux qui glorifient les non remplacements de personnel , bien sur des économies doivent toujours être recherchées mais franchement à l’heure ou nous voulons limiter l’absentéisme, les marges de manœuvre paraissent faibles. Remettre en questions des activités au-delà de l’une ou l’autre déjà condamnées parait une orientation bien difficile à défendre devant les citoyens. Les mutualisations ne permettent que d’espérer de faire moins cher à plusieurs, des activités futures qui n’existent pas a ce jour
Pour ce qui concerne les investissements, non déjà engagés, il y a là, à mon sens la possibilité de réfléchir à des arbitrages.
Quand aux impôts locaux, certes nous n’avons pas augmenté les taux depuis trois ans, ils ne sont quand même pas négligeables mais cela reste une possibilité sans doute une nécessité vue les dépenses déjà faites mais je voudrais souligner ici mon inquiétude surtout dans la période electorale actuelle que l’outil fiscal soit privilégié par les politiques publiques (transfert des cotisations sociales sur la CSG impôt qui plus est non déductible, ISF supprimé ou ne portant plus lui aussi que sur le foncier, suppression potentielle de la taxe d’habitation susceptible elle aussi d’être remplacée par une imposition supplémentaire du patrimoine ….)
Deux millions de nos concitoyens, même des retraités, s’expatrient dans beaucoup de pays, en autres raisons pour fuir l’impôt, les paradis fiscaux attirent toujours autant nos banques et les grosses fortunes malgré quelques efforts significatifs ces dernières années ne paraissent guère émues par nos préoccupations budgétaires.
Je souhaite donc que nous choisissions soumis que nous sommes à « la règle d’or budgétaire »que si recours à l’impôt il y a, il soit le plus mesuré possible au prix s’il le faut d’arbitrages sur les investissements que j’ai précédemment évoqué.

Patrick Nivet
Conseiller municipal de libourne
Conseiller communautaire (CALI)

Posté par Patrick Nivet à 17:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 décembre 2016

Cannabis, faut il faire évoluer la loi ?

 

 

Un peu partout dans le monde la consommation augmente, les chiffres sont difficiles a interpréter car il y a ceux qui concernent l’usage unique dans une vie et d’autres l’usage régulier qui peut d’ailleurs lui même être subdivisé entre consommateurs plus ou moins importants (quotidien, hebdomadaire…)

En France en 2014, 11% de la population de 18 à 64 ans aurait au moins une fois fait usage de cannabis, ces chiffres seraient en augmentation, mais outre qu’ils ne sont pas en eux même inquiétants puisque seule la consommation régulière l’est en fait véritablement ils sont à comparer à ceux de la consommation quotidienne du tabac (30 à 35 % de la même tranche de population) et à ceux de la consommation et du mésusage de l’alcool bien supérieurs aussi, ces produits étant largement autorisés….

Cette appréciation statistique relativise à mon sens les critiques qui peuvent être formulées à l’encontre de la situation législative en France ou le cannabis est interdit à la fois pour sa vente et sa consommation.

D’autant que sur le plan international la situation est pour le moins confuse tant pour ce qui concerne les expériences de dépénalisation ou de légalisation (variées et peu convaincantes) que pour leurs résultats sanitaires.

Partout la tolérance quelle que soit sa forme se traduit par une augmentation à la fois de la consommation et des conséquences négatives qu’elle entraine (désordres psychiatriques, accidents, séjours aux urgences, crimes et délits routiers ou autres….)

Bien sur les états aux USA les plus libéraux ont vu se développer une activité nouvelle très lucrative, culture et vente constituant une opportunité de gains financiers non négligeables, une vraie aubaine d’enrichissement. Les promoteurs sont dans les starting- blocks qu’ils soient cultivateurs (sous serre ou non ?), vendeurs en coffee shop ou autres….l’utilisation du cannabis thérapeutique notamment en soins palliatifs en étant un prétexte commode.

 

Il est frappant par ailleurs de constater dans une consultation de CSAPA en Aquitaine que le prix de l’héroïne et de la Cocaïne sont beaucoup plus bas dans les pays plus ou moins dépénalisateurs voire l’égalisateurs du cannabis que chez nous.

Le ravitaillement bon marché se faisant dans nos régions en Espagne, au Portugal et bien sur en Hollande permettant la revente dans nos territoires avec souvent un gain suffisant pour permettre les consommations qui sinon vu leur prix seraient plus difficiles…

Tout se passe comme si le relâchement des contraintes dans ces pays vis-à-vis du cannabis se traduisait par une meilleure diffusion des autres psychotropes, les trafics étant souvent intimement liés les uns aux autres.

 

Par ailleurs en France ce sont surtout les trafiquants de cannabis qui sont pénalisés par de la prison, les consommateurs eux ne sont soumis le plus souvent qu’a des injonctions thérapeutiques aux effets sans doute limités mais qui peuvent se révéler utiles pour dépister les consommations à risques soit de décompensation psychologiques (psychiatriques) soit de dérives sociales et/ou scolaires.

Les entretiens pouvant pour les plus jeunes concerner aussi les parents ce qui n’est jamais inutile.

 

Par ailleurs la pénalisation sous toutes ses formes (retrait de permis, amendes, prison, peine de substitution…) concerne aussi largement le mésusage de l’alcool avec les contrôles routiers qui s’étendent aujourd’hui avec raison aux autres produits psychotropes.

A noter que dans la panoplie des produits à risque de dépendance les benzodiazépines sont aussi à considérer .Elles ne sont pas en vente libre mais prescrites largement par les médecins et s’ajoutent aux autres pour cumuler leurs effets au point de complexifier les consultations d’addictologie ou d’être pour elle même l’objet de ces consultations.

Enfin le cannabis s’associe souvent au tabac autorisé pour les adultes et dont la politique de limitation de l’usage est un enjeu de santé publique partout dans le Monde.

Les contraintes s’exerçant sur les fumeurs ne cessant d’être plus sévères pour diminuer la consommation.

Alors laisser le champ libre au cannabis quand nous ne cessons de combattre son plus commode support ne serait il pas contradictoire ?

En fait, à l’heure d’internet et du téléphone portable tous les produits sont accessibles partout et même livrés à domicile, les interdictions peuvent facilement être contournées.

Pour autant, les interdits restent à mon sens utiles mais ils n’ont qu’une valeur de limitation de phénomènes qui sans eux ne pourraient que s’emballer surtout dans des sociétés fragiles. Ils doivent être compris comme des frontières signifiées, mais la lutte contre les addictions ne peut s’y résumer, le soin et l’approche médico-sociale est évidemment le pendant indispensable à toute politique fut elle rigoureuse concernant l’usage et surtout le mésusage des produits psychotropes.

 

 

Patrick Nivet

Posté par Patrick Nivet à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 septembre 2016

Le déclin de la démographie médicale

 

  Villages ou quartiers sans médecins ?

 

C’est devenu une préoccupation de la plupart des communes voire des intercommunalités. Comment prévoir de remplacer les médecins qui partent en retraite ?

 

Les maires s’inquiètent , les communautés de communes s’interrogent sur leur rôle ,leurs possibilités d’agir à l’heure de la diminution de leurs moyens budgétaires avec la remise en cause de la taxe professionnelle mal remplacée et la diminution de la DGF ( dotation générale de fonctionnement) …

 

Les ARS essayent d’impulser une politique volontariste de création de maisons de santé ou les professionnels restent des libéraux voire de centre de santé ou les médecins sont salariés.

 

Des contrats d’installation sont même proposés dans les zones les plus menacées qui donnent quelques avantages aux praticiens qui les choisissent.

 

En fait ces efforts paraissent à beaucoup d’égard à la fois nécessaires et pour autant d’efficacité forcement limitée tant les problématiques de la démographie médicale sont anciens et cruels.

 

Pensez donc ma génération qui a passé sa thèse en 1978 était de l’ordre de  8500 médecins /an, le numerus clausus crée dans les années 70 a été progressivement durcit au point que dans les années 8O/90 n’ont plus été formés que 3500 médecins/an…

 

Il fallut attendre le ministre Khouchner pour très timidement inverser la courbe aux début des années 2000. Les gouvernements qui suivirent améliorèrent prudemment mais régulièrement la situation jusqu'à former 7500 étudiant/an.

Marisol Touraine bloquant jusqu'à très récemment le mouvement. Elle  permit simplement  en fin de mandat de François Hollande  d’augmenter de quelques dizaine d’étudiants les facultés des régions les plus déficitaires.

Certes elle permit aussi aux  praticiens hospitaliers de travailler non plus jusqu'à 68 ans mais 70 ans ???

 

Chaque fois que ce problème fut évoqué devant les autorités sanitaires nous reçûmes la même réponse : «  mais Dr nous n’avons jamais eu autant de médecins !» ce fut vrai longtemps mais ne l’est plus aujourd’hui alors que la population du pays augmente.

 

Mais surtout il est absurde de comparer le nombre de médecins nécessaires dans les année 70 avec celui des années actuelles et sans doute à venir car beaucoup d’éléments de contexte ont changés.

Citons :

a)      Féminisation  de la profession

b)       Modification des conditions d’exercice des praticiens hommes ou femmes qui organisent leur vie de manière plus équilibrée et moins unilatérales que beaucoup de leurs prédécesseurs d’autant plus facilement que la clientèle est abondante.

c)       Développement des techniques dans à peu prés tous les domaines de la médecine avec une extraordinaire éclosion de multiples spécialités et sous spécialités ; en cardiologie par exemple là ou un cardiologue et son ECG suffisait il nous faut des coronarographistes , des échographistes ,des scintigraphistes….

 

Par ailleurs si maintenir un médecin est nécessaire pour garder une pharmacie , une école ou une poste, l’inverse est aussi indispensable .Sans compter que l’emploi du mari et/ou de l’épouse du médecin est aussi un élément décisif…

 

Dans ces conditions nos campagnes qui se dépeuplent, notre agriculture qui soufre, la volonté actuelle d’organiser la métropolisation de nos territoires autour de centres urbains puissants et avides de financements enlevés aux départements jusqu’ici facteurs de régulation constituent le cadre d’aggravation d’une crise de la prise en charge médicale devenue inexorable parce que trop bien organisée même si l’importation de médecins formés à l’étranger en limite les effets.

 

DR Patrick Nivet

Praticien Hospitalier Honoraire

Conseiller municipal de Libourne

Conseiller communautaire ( Cali)

Membre de la conférence régionale de santé de l’ex Aquitaine

Posté par Patrick Nivet à 01:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 août 2016

La paix en Syrie , à portée de la main ?

 
 
Les éditorialistes plus ou moins spécialisés déplorent régulièrement la poursuite de la guerre civile qui dure maintenant depuis cinq ans, ils implorent sa fin à chaque publication sur internet de photos d’enfants victimes du conflit  mais sans donner de solutions qui permettent de donner une suite a leurs incantations.
 
En fait, ils paraissent souhaiter sans le dire une intervention militaire plus radicale des USA notamment, sans doute tournée contre le régime de Damas….et le risque demeure surtout avec les développements actuels à Hassaké ou les Kurdes syriens forts du soutien Américains provoquent le gouvernement Syrien .
 
Et pourtant depuis presque un an maintenant avec l’intervention Russe d’ Octobre 2015 l’armée syrienne ne recule plus. Au contraire elle a pratiquement regagné toute la province de Lattaquié et se prépare sans doute a reconquérir la partie ouest de la province d’Idlib, notamment la ville de Jisr aChoghour qui est proche.
 
A Alep la situation est radicalement différente de ce qu’elle était il y a deux ans .Non seulement la partie gouvernementale n’est plus encerclée mais ce sont les dits « rebelles » qui le sont malgré la contre attaque du Front Al Nostra qui ne parait pas prospérer ces jours ci.
 
Au centre de la Syrie, Palmyre et quelques autres villes importantes ont été libérées de Daech, les ruines antiques y sont enfin protégées.
 
Au Sud les opposants à Damas ne progressent plus  après la récupération de AL Sheikh Maskin par les loyalistes.
 
Mais surtout les poches tenues par les différentes fractions islamistes s’ont résorbéesprogressivement,  dans la Ghouta est de Damas  Daraya et la tranquillisation de toute la frontière avec le Liban obtenue en 2015 n’est pas remise en cause par les développements récents.
 
Le gouvernement Syrien parait bien établi dans les grandes villes Syriennes ( Homs, Hama, Lattaquié ,Tartous…) même à Damas les roquettes tirées des zones encore tenues par les insurgées  se font plus rares.
 
Le blocus de ces zones parait au moins avoir une efficacité préventive sur le plan militaire même si le risque d’attentats est permanent. 
 
Les appuis aériens Russes et Syriens sont souvent décisifs dés que la bataille se déroule en plein champ, à l’écart des zones encore habitées.
 
Dans ces conditions, la paix tant réclamée et a juste titre, tant la nôtre en dépend, ne peut venir que d’un soutien même minimum a l’effort du gouvernement syrien dont le pays est si éprouvé depuis cinq ans.
 
Reconquérir Raqua et les zones encore tenues par Daech ne peut  se faire sans les Syriens eux même, les bombardements Occidentaux au demeurant illégaux n’ont qu’une efficacité limitée malgré les bilans auto satisfaits  des Américains.
Mais évidemment l’effort militaire pour y parvenir ne peut se mettre en œuvre si Alep, voire la province d’Idleb restent aux mains de gens qui ressemblent beaucoup a ceux de  l’état Islamique.
Ce sont des tenants d’Al Queida responsables du 11 septembre 2001 à New York et qui ont assassiné les journalistes de Charlie hebdo…
 
Le gouvernement syrien bien sur affaibli par cinq ans d’une terrible guerre civile ne manque pas de soutiens  . Quoique l’on puisse en penser il a pu tenir des élections présidentielles en 2014 et législatives ce printemps  2016. La Russie et l’Iran sont des alliés efficaces et durables , sans doute a terme décisifs ,celui du Hesbollah libanais n’est pas négligeable mais d’autres se profilent avec la Chine et de plus petits pays de la République Tchèque à Cuba….La Turquie elle-même parait réfléchir tant elle est menacée par le risque d’explosion de la question Kurde pour elle si essentielle.
 
Si la majorité de la population Syrienne ne le percevait pas comme un rempart contre l’Islamisme radical le Président Bachar el- assad ne serait plus au pouvoir  depuis longtemps.
 
Alors pourquoi attendre ? Pourquoi renoncer a un rééquilibrage de notre politique extérieure qui aurait le mérite de respecter un état indépendant,laïque de surcroit et permettrait de détruire Daech et Al Queida à leur source pour ne plus avoir à les craindre chez nous ?
 
Patrick Nivet
Conseiller municipal de Libourne
MRC

Posté par Patrick Nivet à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 avril 2016

Prise en charge de la Toxicomanie à Libourne

Patrick Nivet 1

 

Posté par Patrick Nivet à 08:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 janvier 2016

Déchéance de la nationalité

 
 
Mesure : politicienne, dangereuse et  dérisoire….
 
Certes le terrorisme nous menace.
 
Mais pour lutter contre lui il faut d’abord une politique internationale digne de ce nom qui ne soit pas un sous produit de la politique américaine dans sa version la plus rétrograde  ni  le prolongement armé de celle du  Qatar ou de l’Arabie saoudite.
 
Pour éviter les réfugiés notamment Syriens il ne faut pas s’acharner a déstabiliser le gouvernement en place ( y compris en armant d’authentiques terroristes)  mais au contraire rétablir un minimum de relations diplomatiques ,des rapports économiques de base et surtout un soutien humanitaire aux déplacés de l’intérieur qui sont les plus nombreux et de loin.
 
De même vis-à-vis de la Russie un peu de compréhension quand au problème des populations  Russe et/ou Russophones éviterait à la fois les tentions inutiles et les Zigzag que l’on constate.
 
Quand à l’état d’urgence durera t’il jusqu'à l’élimination du dernier terroriste de la planète ?
 
La police et l’armée doivent pouvoir faire leur travail dans les meilleurs conditions mais modifier la constitution dans un sens « plus sécuritaire que moi tu meurs » ne m’inspire rien de bon.
 
Quand à la déchéance de la Nationalité des binationaux elle remet peu ou prou en question le droit du sol et crée des statuts de Français différents ,  à plusieurs vitesses.
 
A mon avis cette disposition qui vise a satisfaire la droite et l’extrême droite va au contraire pousser hors de la communauté nationale beaucoup de Français qui se sentiront étrangers ànotre destin national et pourquoi pas tomber dans l’orbite des djiahistes que l’on prétend combattre… ?
 
Au fond à l’heure ou le gouvernement syrien prône la réintégration des combattants plus ou moins radicaux  dans le giron de leur communauté nationale nous nous tombons dans le piège de l’exclusion mortifère de ce qui risque d’apparaitre comme la mise au ban de toute une communauté, de toute une obédience religieuse sans que cela ait d’ailleurs la moindre efficacité dans la nécessaire lutte anti terroriste.
 
Patrick Nivet
Conseiller municipal de Libourne MRC

Posté par Patrick Nivet à 14:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 octobre 2015

TAFTA : Le marché ou la démocratie ?

PIC00004min

               

            (Conférence /débat de Michel CABANNES 12 Septembre 2015 libourne l’initiative du MRC 33)

Le TAFTA  ( traite de libre échange transatlantique) s’inscrirait, s’il est adoptée dans une véritable déferlante de projets de libre échange qui tous rencontrent peu ou prou des oppositions au point que les négociations multi latérales sont au point mort ( OMC…)remplacées par des négociations bilatérales ou régionales ce qui est le cas des négociations entre l’Europe et les Etats Unis censées être plus facile a mener jusqu’au bout.

D’autres traités sont en cours de ratification entre L’UE et Singapour et/ou la Corée du Sud.

Le dispositif Tafta a été lancé en 2013, les négociations sont entre les mains de fonctionnaires de la commission européenne et du ministère du commerce extérieur des USA. Elles sont menées dans le plus grand secret, font parfois l’objet de fuites… des d’information parcimonieuses sont fournies à des parlementaires Européens.

Pour être approuvé l’accord sera soumis au Parlement européen, au Conseil de L’Europe et dans certains cas à certains parlements Nationaux et pas obligatoirement au parlement français.

L’objectif est de limiter voire supprimer les frontières économiques, faciliter les échanges, limiter et/ou supprimer les réglementations (barrières douanières, normes), censées freiner la croissance.

 Ce traité vise aussi à mettre en place des procédures d’arbitrages au dessus des états et indépendantes d’eux (tribunal arbitral). Tribunal constitué d’avocats d’affaires s’appuyant sur la jurisprudence Américaine pour protéger les «  investisseurs » contre les règles fixées par les états.

L’ensemble du dispositif  constitue à l’évidence un cheval de Troie contre les législations sociales et environnementales.

Par ailleurs rien ne prouve une quelquonque amélioration du commerce extérieur  des Pays

Européens .Les prévisions en terme de diminution des salaires et des recettes fiscales,  

d’augmentation du chômage, de développement d’une agriculture intensive équilibrent largement celles qui évoquent la progression des échanges transatlantiques.

Le dispositif pourra s’étendre à des sujets non traités par les négociations initiales

empêchant d’avoir des garanties durables quand à l’exclusion de sujets laissés de côté 

«  Le Tafta est un pas de plus vers la construction d’une impotence des Etats au profit des grandes multinationales » J. Sapir

Sous prétexte du «  commerce bon pour l’humanité, on marche vers une régression sociale, environnementale et sanitaire » B.Maris 6 Juin 2014.

Patrick Nivet

Conseiller municipal de libourne (MRC)

 

 

Posté par Patrick Nivet à 14:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 juin 2015

Retour d’Athènes

 
 
Le gouvernement Grec est confronté à la commission Européenne et au FMI, il n’ y a plus que quelques jours à attendre pour connaitre le dénouement de cet affrontement.
 
 
En fait il n’ y a pas d’autres choix pour la Grèce que de quitter l’Euro ou se soumettre peu ou prou….
 
Dans les deux hypothèses se sera dur, mais je crois que de quitter l’Euro leur donne de meilleures chances à terme, comme ce fut le cas pour l’Argentine quand elle a rompu avec le dollar ou l’Islande restée seule confrontée à la crise financière de 2008 et qui d’ailleurs ne souhaite plus aujourd’hui  entrer dans l’Euro.
 
Je viens de passer cinq jours à Athènes, les chantiers sont arrêtés, il y a bien des échafaudages mais plus les ouvriers, des rues entières de magasins  fermés.
 
Le pays tourne au ralenti animé par les touristes qui déambulent au milieu des ruines antiques.
 
Un avantage de la situation se constate à l’évidence c’est la très nette diminution de la pollution légendaire dans cette ville grâce au métro, au tram construits pour les jeux olympiques de 2004 et au ralentissement économique, la ville est calme…les pigeons nombreux ,un air champêtre  et une certaine dignité s’en dégage. La jeunesse garde me semble t’il une certaine gaité…jusqu'à quand ?
 
Patrick Nivet
 
Conseiller municipal MRC Libourne

Posté par Patrick Nivet à 07:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 mai 2015

La Syrie au supplice

 
Je suis comme beaucoup très inquiet de l’évolution de la situation en Syrie.
 
Après une année 2014 qui lui a été  favorable, depuis deux mois  la situation militaire s’est fortement dégradée pour le régime Syrien (Nationaliste Arabe, autoritaire mais laïque), le monde des « bien pensants »  s’est ligué contre lui ,les extrémistes accourent de partout, soutenus, financés par les pays parmi  les plus obscurantistes de la planète , de L’Arabie saoudite au Qatar, mais il y a aussi  la Turquie , la Jordanie  etc.
 
Les américains quand à eux recommencent la même erreur qu’en Afghanistan ou ils avaient cru bon de soutenir les opposants religieux au régime soutenu par les Russes, on a vu ce que cela a donné. Ne parlons pas des conditions du renversement de Saddam Hussein….qui débouchent sur la guerre civile a perpétuité.
 
Quand au tandem François Hollande /Fabius il n’en n’est plus a une contradiction prés ( soutien au régime égyptien et volonté féroce de faire tomber le régime baasiste en Syrie qui finalement lui est très proche).
Certes il ya eu la vente des rafale à l’Egypte….
 
 
D’erreurs en erreurs l’incendie se propage , les ruines de l’antiquité sont toujours davantage menacées et la barbarie gagne du terrain de proche en proche.
 
Il est temps pour notre diplomatie de reprendre langue avec le régime Syrien, de rompre son isolement diplomatique et de l’aider ne serait ce que sur le plan économique.
 
Il faut par ailleurs faire pression sur la Turquie dont on a vu à Kobane qu’elle préférait L’état islamique aux Kurdes et aux Syriens…
 
Le « Printemps arabe » a accouché de monstres qu’il est grand temps de prendre au sérieux sous peine des plus extrêmes catastrophes
 
 
Dr Patrick Nivet
 
Conseiller municipal de Libourne (MRC, Mouvement Républicain et Citoyen)
Conseiller communautaire( CALI)

Posté par Patrick Nivet à 19:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 mars 2015

Elections départementales en Gironde : Victoire du PS en trompe l’œil

 
 
Certes, avec 22 cantons gagnés sur 33 cette victoire est nette mais dans six cantons ( dont Libourne ,Coutras, Pineuilh…) elle n’est du qu’a des triangulaires qui permettent d’assurer la victoire avec 40% des voix contre 60% à toutes les droites confondues.
 
L’apport des voix qui se sont portées sur les candidats FG/MRC a fait dans ces triangulaires la différence.
 
Au total  l’institution départementale sort plutôt confortée par une participation électorale honorable ,en tout cas meilleure que prévu ( 50% et plus) que l’on peut avantageusement comparer à celle des élections au parlement Européen (40%).
 
Néanmoins  la plupart des candidats  ont basé leur campagne sur le bilan des sortants  plus que sur les projets, gênés qu’ils étaient par le débat parlementaire en cours concernant les compétences des départements .
 
La perte de la compétence générale semble t’il acquise, a été occultée tout comme les financements des différentes institutions territoriales misent «  au pain sec et à l’eau » tant par Nicolas Sarkozy que François Hollande.
 
Le projet de métropolisation de la CUB a lui aussi été banalisé alors qu’il divisera profondément la Gironde entre une partie Urbaine vivant sur elle-même et un département aux périphéries laissées à l’encan. La victoire de L’extrême droite dans le Nord Médoc est pour une part sans doute due a la perception par l’électorat de cette future réalité de l’abandon prochain  de la ruralité.
 
Au total triangulaires et nuages de fumée laissent entière la perception d’un futur incertain pour nos territoires notamment en Gironde. La gauche n’a pas convaincue , la droite UMP/UDI non plus, l’extrême droite en profite et l’avenir reste sombre.
 
Patrick Nivet
Conseiller municipal de Libourne, conseiller communautaire de la CALI (  MRC)

Posté par Patrick Nivet à 10:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 mars 2015

Résultats des élections départementales en Gironde

Les listes FG/MRC ont obtenus autour de 7% dans tous les six cantons,
nmais l'expérience était trop limitée( 33 cantons en Gironde) pour
entrainer une signification quelquonque. C'est a peu prés la moyenne du FG
de gauche départemental. Mais il ya de grosses variations selon les cantons.
Les communistes perdent leur trois sortants à cause de la modification des
tracés mais y obtiennent de bons scores( 20% a Langon par exemple...)
En fait ces candidatures nous ont permis d'exister ...un peu, dans le
paysage politique girondin.
C'est tout, mais c'est déjà pas mal. Globalement le résultat est assez surréaliste car la gauche a 40%
est a un étiage très,
très bas puisque toutes les droites confondues font 60%. Mais de manière assez exceptionnelle la droite est divisée en deux fois 30%
(moitié FN ,moitie UMP/UDI) ce qui permet au PS avec l'éventuel soutient
du FG de gagner a 35/40% tous les cantons ou en tout cas la majorité
d'entre eux ??????
Le Problème pour le Front de gauche et alliés c'est de se positionner
pour le second tour en tenant compte que de nombreux militants/électeurs
voire candidats ne se sentent pas très motivés pour apporter leurs voix
aux candidats PS ,sans projets communs et sans accord électoral solide
qui soit négociable tant à l'échelon d épartemental, régional ou national.1)
Patrick Nivet
1° Franchement sur le plan personnel je ne suis pas très à l'aise......d'autant
que parallèlement la crise budgétaire fragilise les politiques territoriales voir
les remet carrément en cause....

Posté par Patrick Nivet à 10:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 février 2015

Débat budgétaire conseil municipal de libourne, 10 février 2015

 

Les territoires  à l’eau et au pain sec

 

 

Mr le maire merci de me permettre quelques considérations pour ce débat qui prélude au prochain vote de notre budget municipal au printemps.

Nous le savions, les diminutions de dotations de l’état (DGF) touchent de plein fouet toutes les communes de France. Nous pouvons désapprouver la politique qui y conduit mais nous ne pouvons y échapper.

Elles ne sont pourtant pour rien dans les déficits de l’état ni d’ailleurs dans les déficits publics qui incluent celui de la Sécurité sociale….

Elles participent qui plus est largement aux investissements qu’elles devront dorénavant freiner.

Comment oublier que nous en sommes là, après plus de vingt ans de politique économique uniquement tournée vers une construction Européenne mythique autour d’une monnaie surévaluée qui ne correspondait en rien aux intérêts d’économies nationales fragiles qui se sont délitées années après années…. ?

La concurrence libre et non faussée a mis à l’encan nos services publics, empêché toute politique nationale volontariste.

Les pays de l’euro zone les plus fragiles, ont accumulé des dettes (y compris auprès de leurs partenaires) qu’ils ne peuvent payer qu’a coup d’un inacceptable recul social….

Nous même, avons en France une situation pour le moins préoccupante.

Et pourtant l’Europe vit toujours autour de paradis fiscaux à peine ébréchés….

Pouvons-nous espérer une amélioration en 2015 qui nous permette d’échapper au pire en 2016/2917 ?

CICE, pacte de responsabilité, 50 milliards pour les entreprises ; qu’elles en seront les contre parties ?

Bien sur la baisse de l’euro est saluée, enfin ( !)comme un facteur favorisant, mais elle est bien récente et surtout subie, résultat de l’ échec de l’économie européenne et non d’une politique volontariste que nous avions longtemps espéré… la baisse des prix du pétrole peut aussi avoir un effet bénéfique…

Ces espoirs sont néanmoins bien fragiles pour que nous soyons optimistes.

Dans ce contexte, les économies tant dans les dépenses de fonctionnement que d’investissement seront sans doute obligatoires et pèseront sur nos choix…

Il faudra différer, mieux apprécier les projets et leurs financements, nous espérons de votre part une concertation renforcée, la plus soutenue possible avec notamment chacune des composantes de votre majorité tout autant qu’avec toutes les forces vives de la cité pour que les choix que nous ferons gardent une dynamique suffisante et surtout soient compris et acceptés.

Nous souhaitons (1) par ailleurs :

Contrer aujourd’hui le tout libéral, (mise en cause du code du travail, des prudhommes, des CHSCT…) même les dons du sang pourraient être marchandisés.

Contester la politique embrouillée et précipitée qui met en cause nos territoires, leurs contours, leurs attributions, pour faire des économies qui de toute façon commenceront souvent par des dépenses supplémentaires…avant que sous les mots de simplification/mutualisation, la proximité et l’égalité républicaine aux quelles nous sommes attaché soient remisent en cause…

 

Vous comprendrez Mr le maire qu’il s’agit, non pas d’une défiance a votre égard ni à celui de notre politique municipale mais du souci de vouloir éviter l’inexorable échec d’une politique nationale à notre sens mal orientée et depuis si longtemps pour que nos opposants ne puissent s’en disculper.

Ils ont leur part de responsabilité, je tiens à le leur dire et nous ne souhaitons en aucune manière les en absoudre.

 

Patrick Nivet

 

1) MRC départemental gironde

Posté par Patrick Nivet à 12:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 janvier 2015

Voeux 2015

Bonne année à toutes et tous
 
L’année 2014  a permis au MRC 33 de participer aux élections municipales et aux sénatoriales en fonction de nos moyens, nous essaierons d’en faire autant pour les départementales et les régionales
En tout cas nous y travaillons .
 
Difficile d’être enthousiaste en ce début d’année 2015….nous sommes certes dans un beau pays avec encore un niveau social enviable mais le chômage gagne du terrain, le rabot social est l’arme privilégiée des gouvernants Européens….les déficits de l’Etat le plombent, il les transfère allégrement sur les collectivités territoriales alors que la balance commerciale rongée par la désindustrialisation  reste lourdement déficitaire….la tendance à vendre les bijoux de famille est toujours à la mode( après les autoroutes par Sarkozy ce sont les aéroports qui sont concernés avec François Hollande..)
Nous avons changé de Président en 2012 mais pas vraiment de politique .
 
Parfois quand même dans le fatras de l’inconsistance il y a de bonnes choses comme  vouloir étendre le paiement direct des médecins par les organismes qui assurent le remboursement des soins ….
 
Le Président parle beaucoup mais mon sentiment c’est qu’il est inaudible tant il dégage le sentiment de l’impuissance mais surtout il ne parle pas vrai ,il navigue au milieu de concepts contradictoires, tire des bords de ci de là..mais rien d’essentiel n’avance.
 
Il faut dire que les partis politiques sont au point mort….. les verts prônent la récession , l’UMP c’est le PS en plus hard, l’extrême gauche comme d’habitude crie que cela fait mal, le FN surfe sur la renonciation à la Nation de tous les autres….
 
Et nous là dedans nous essayons de survivre pour que la France et la République ne sombrent pas, cela devient une tâche prométhéenne…qui l’eut cru ?
 
Bon ! nous vivons et c’est plutôt agréable je vous souhaite d’en profiter au mieux ,faire un bout de chemin ensemble ne me parait pas inutile
 
En tout cas, en toute amitié, je vous y engage.
 
Meilleurs vœux pour 2015
 
Dr Patrick Nivet
 
Conseiller municipal de Libourne MRC( Mouvement républicain et citoyens)

Posté par Patrick Nivet à 09:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]